La prochaine liquidation aura lieu mardi 24 décembre 2019

 

Petite reprise technique à Paris
Alors que la semaine précédente avait marqué un recul important du CAC 40, celle qui vient de s’écouler a permis à l’indice de se reprendre un peu

 

lettre n° 1851
Du 11/12/2019

Les  valeurs conseillées cette semaine
(réservé aux abonnés)
Sanofi, Ipsen, Elior, Saint-gobain, Tikehau Capital, Oeneo, GIMV, Moncler



TF1 : 7,6 - VIVENDI : 25,21 - STMICROELECTRONICS : 24,58 - ORANGE : 13,28 - RENAULT : 42,46 - BNP PARIBAS ACT.A : 52,05 - SOCIETE GENERALE : 30,3 - DANONE : 73,38 - AXA : 24,78 - SANOFI : 89,15 - L'OREAL : 256,3 - SODEXO : 104,95 - CARREFOUR : 14,91 - KERING : 562 - AIR LIQUIDE : 123,75 - ALCATEL-LUCENT : 3,5 - THALES : 86,26 - VINCI : 98,26 - CAPGEMINI : 104,95 - SAINT-GOBAIN : 38,07 - VEOLIA ENVIRON. : 23,31 - SCHNEIDER ELECTRIC : 92,5 - PEUGEOT : 21,89 - CASINO GUICHARD : 41,97 - LAGARDERE S.C.A. : 20,04 - DASSAULT SYSTEMES : 141,6 - MICHELIN : 111,15 - LVMH : 403,8 - BOUYGUES : 38,22 - ACCOR : 40,79 - TOTAL : 47,82 - AIRBUS : 125,9 -


Toutes les 15 mn, les cours des valeurs   ainsi que les graphes  sur Le Particulier Placements



Pour vous abonner à la Lettre des Placements, prenez contact avec le service Abonnement par téléphone au 01.55.56.71.11 de 8h30 à 19h.

Vous bénéficierez d'une réduction de + de 50 % sur le prix de vente au numéro : 1 an pour 283 € seulement. Votre abonnement comprend chaque semaine chez vous, l'édition confidentielle de La Lettre des Placements + l'accès à son site privé + la possibilité d'appeler "Allô financier" : la rédaction en ligne directe.

Vous pouvez aussi régler au mois le mois : 26 € (prélèvement automatique mensuel)

Site enregistré à la CNIL sous le N° 713701







CAC 40 5919,02 0,59
SBF 120 4655,99 0,57
SBF 250 4559,77 0,57
CAC NEXT 20 12352,4 0,66
MIDCAC 13644,51 0,31
CAC SMALL 10984,7 0,31
CAC MID & SMALL 13253,71 0,31



Dilutif ou relutif : deux mots qui suscitent des interrogations
Lorsqu’une société cotée en achète une autre dont les bénéfices sont supérieurs à son coût d’acquisition, on dit que l’opération est relutive. La société acquise augmente alors les bénéfices du groupe auquel elle appartient. Dans le cas contraire, si par exemple les frais financiers générés par l’achat de la société excèdent les bénéfices qu’elle dégage, on dit que l’opération est dilutive, c’est-à-dire qu’elle diminue les bénéfices du groupe. Une opération de croissance externe est souvent dilutive dans un premier temps, puis relutive au bout de quelques années.